Masquage à la Patafix

Vous avez assisté aux cours de Maternelle? Votre la maîtresse était compétente? Si vous n’avez pas eu rougeole ou varicelle le jour du cour sur la pâte à modeler, cette méthode n’aura aucune difficulté et vous rajeunira de quelques (variables) années.

1/ le matériel
PATAFIX–BLUE TAK
ciseaux
un cure-dent
un support PROPRE
vos doigts musclés

2/ préparation de la maquette
En clair, on prépare la première couche de peinture, généralement la plus claire, en version finie (juste avant les vernis et les jus, panneaux éclaircis).

3/ préparation des boudins
On écrase la PATAFIX (ce produit se nomme UHU TAC en Suisse) entre ses doigts et le support de travail pour faire des boudins.

Plus ils sont fins, plus ils sont maniables sur la maquette (dessins torturés),

Plus ils sont fins, plus le flou est faible.

Plus ils sont épais plus le flou est large…. il faut donc “moyenner” entre les avantages et les inconvénients pour obtenir THE résultat à VOTRE goût.

4/ mise en place des boudins
On repère leur arrivée en but d’aile et on replie sur l’intrado.
On dessine approximativement le tracé de l’inter-teinte avec le boudin.

5/ fixation des boudins
on fixe en rendant le tracé précis avec le cure-dents en écrasant légèrement le boudin du coté qui ne sera pas peint. On est prié de ne pas se gourer de coté pour fixer le boudin, sinon…YAPUKA recommencer!!! mais ce n’est pas mortel, les taks sont réutilisables de “tas” de fois.

6/ masquage des zones à conserver
Là encore, un coup de PATAFIX… cette fois-ci des morceaux de taks sont écrasés (en roulant) avec le cure-dent entre les boudins pour protéger la totalité des zones à conserver.


7/ pulvérisation de la deuxième teinte… avec ses éclaircissement de panneaux..

La pulvérisation doit se faire à 90°.. d’angle par rapport à la maquette… et avec une pression pas trop élevée pour que les “remous” ne viennent pas combler en totalité la partie sous la courbe du boudin.. Je rappelle que l’on veut faire un flou artistique.

8/ déshabillage.

On attend que la peinture ait séché et on retire les boudins et le masquage avec à la fois, un peu de force.. et de délicatesse pour ne pas déglinguer les collages (le plus traditionnel est la rupture au niveau du Karmann)

S’il reste des bouts de taks collés sur la maquette, pas d’affolement: on prend un bout de PATAFIX entre les doigts et en tapotant sur le “coin” récalcitrant, on l’élimine en un clin d’oeil.

ATTENTION AUX ONGLES lors du démasquage…. des éraillure intempestives étant possibles suivant les marques de peintures.

Et ensuite, on admire… enfin, normalement.. voyons,! Cette fois-ci, ça a bien marché.

Un dernier détail, cela marche avec TOUTES les marques de peintures, acryliques et enamel…. et pourquoi pas “metalizer” pour des dégradés de “burnt metal” sur des “culs de jet”, par exemple.

On peut aussi décliner la méthode avec des « tachounettes » genre D520 Doret, ou chasse de nuit allemande… représentées par des « points » de PATAFIX… (efficace, mais entraînement conseillé).

Des spaghettis russes… genre « tagliatelleski » sont aussi réalisables avec cette méthode (utilisée par Angus sur son RATA). Apres un passage généralisé de la couleur des « nouilles », on masque au boudin et on pulvérise successivement les 2 couleurs de camo de chaque cotés du boudin…. et le tour est joué.

« dernière minute »: il existe des tacs BLANCS de marque PATAFIX, j’en ai vu à Castorama, ce matin (NdWebmaster : Samedi 12 mars 2005…) (pour ceux qui n’aiment ni le jaune ni le bleu clair)

« 783 » CONSOMMATEURS à votre service :

Notre section d¹essai comparatif, dans un moment de folie, s’est lancée dans des montages successifs de vieux (très vieux) spitfires… tous camoufflés avec des TACS! En changeant de marque à chaque fois!

Le protocole:
Sur une base acrylique tamiya, éclaircie avec de l’Xtracrylics dillué au klir; mise en place du masquage de l’aile droite avec le tac! Attendre 2 jours pour masquer le reste (pour juger si le tac graisse ou pas!). Pulvérisation l’Xtracrylics ou de Tamya « dark green » avec éclaircissements de panneaux! Au séchage au doigt, démasquage de la patafix… puis photo!

PATAFIX « BLANCHE » de UHU… (c’est allemand… le HIBOU ???)
« Elle fonctionne comme la jaune, pile poil! »… vous dites-vous! Et bien non, elle a un comportement différent de sa vieille soeur jaune.
Mais elle est blanche, ce peut être utile en fonction de la première couche de camo (déco hivernale, si on a la crainte de laisser des traces jaunes)!.. ou des goûts du « colleur de plastoc »… Une chose est sure, à la 5 ème utilisaton, vous utiliserez de la PATAFIX grise!!
Un volontaire??? Heller spit 16. La mise en boudin nécessite plus d’énergie que la jaune, la plasticine est plus élastique: elle a tendance à se recontracter en réépaississant le boudin.
La mise en place sur le kit est moins aisée que la jaune… ca colle moins bien sous le cure-dent, mais on y arrive. (4 cure-dents sont morts aux champs d’honneur pour cette démonstration… requiem en pace!)


Au démoulage, on constate que le tracé manque de précision dans les courbes et que le flou est plus « large » qu’avec la jaune……… à privilégier pour les « grands flous ».

BLUE TAK de BOSTIK… (ça vient de Seine et Marne… France)
Comme son nom l’indique… ces tacs sont bleus!!!! Je lui ai affecté le Spit9 de Italeri. Même comportement que le Hibou, mais peut être un peu plus récalcitrant au collage lors de la mise en place des boudins… En fait, c’est une habitude à prendre pour faire adhérer le boudin. Le masquage « plat » avec le tac est très efficace, grace à la finesse que l¹on arrive à obrenir en étirant, sans casser.
Le comportement est totalement similaire à celui de patafix jaune, les 2 produits sont totalement interchangeables, avec le même taux de réussite!

Au démoulage, tout va bien. C’est facile à retirer et celà n’endommage pas la couche masquée. Aucune trace de gras même apres 4 jours de masquage, involontaire (aéro en panne). Et le résultat est tout autant satisfaisant…

PLASTOFIX de PLASTO….. (c’est Bourguignon… France)
Voyons! C’est blanc…. un peu translucide!
J’ai essayé sur une pièce de musée: le Spit 9 de Airfix.. Et en plus ca rime!
Au premier abord, la pate est beucoup plus dure à modeler que ses copines et le boudinage demande pas mal d’énergie! Le boudin se forme mal et se rétracte, mais on finit par y arriver.
La mise en place présente des difficultés différentes: c’est plus raide, donc votre serpent est moins « vivant » et n’a pas tendance à vouloir se coller n’importe où, mais pour fixer le boudin, il faut insister un peu.
Le masquage entre les boudins doit se faire avec de la bande cache à cause de la résistance de ce tac.

Au démoulage, celà reste aussi musclé qu’au début! Il faut tirer pas mal, les parties en bande cache ne se décollent pas de la pâte, ce qui ne la rend pas réutilisable. De part l’énergie nécessaire pour « dépoter » il y a un réel risque d’arrachage involontaire et de « patine » spontanée. Le résultat reste satisfaisant, mais vraiment c’est le plus difficile à mettre en oeuvre.

MULTI-FIX de PRITT….. (Henkel…. c’est allemand, itou!)
Henkel.. çà la fout un peu mal sur un spit? Tant pis, si c’est efficace! Ce produit est aussi vendu en blanc.
J’essaye ce produit sur le 9 de Frog: Le « boudinnage » se passe sans problème, il semblerait que la pâte soit un peu plus dure que Patafix sans que celà ait de conséquence sur le travail. Elle se pose très bien, colle parfairement. La pâte réagit bien au masquage entre les boudins.

Au démoulage, AUCUNE trace de gras, ni sous les parties masquées le jour même, ni celles faites 48 heures avant. Aucun morceau ne reste sur la maquette, avec les techniques de « démoulages » classiques. Le pouvoir collant a l’air un poil plus fort que Patafix, donc au démoulage… un peu de douceur que diable! On n’est pas des brutes!
Encore une fois, résultat, efficacité, propreté!

RADEFIX de RADEX…… (KORES… C.E in the E.U… )
C’est blanc aussi…
Je l’ai trouvé en Cerdagne, en librairie, à Font Romeu… Alors, si ça arrive, chez nous, à 1800 mêtres, vous devriez en trouver partout!!!!
Et c’est le 9 de Matchbox qui reçoit le tac de Radex:
Le produit est un peu mou, il se boudine a la perfection. Il faut juste faire attention à ne pas trop écraser et prendre son temps, sinon, le boudin sera irrégulier. La mise en place sur le kit est très simple, le bestiau se tord bien en restant courbe.
Le tac est tres maléable pour faire le masquage entre les serpetins.

Le démoulage est un peu long et fastidieux, le produit est toujours aussi mou et collant. Il aime votre maquette et ca se voit. Il peut arriver qu’il reste un oeu de pate au finfond d¹une gravure un peu profonde. Mais comme d’habitude le rendu sur le camo est tres agréable..

INSTANT TACK de Distributora Universal…… (fabriqué à Barcelona, c’est catalan)
J’ai trouvé cà chez GIFI!! (mais oui!)… c’est d’un « gris-bleu » RLM76, et si vous utilisez VALLEJO-ANDREA-PRINCE AUGUST… votre maquette bénéficiera de toute la lumière de ma Catalogne!!!
Je lui affecte le spifire LF IX E de KP….
Le boudinnage se déroule sans encombre, on arrive à l’affiner à loisir. Ce tac révèle une légère odeur de… pâte à modeler de grand mère…amusant!.

Pour retirer votre masquage… délicatement comme d¹habitude et c’est sans histoire…. résultat nickel! c’est pas cher et ca peut rapporter gros!
Reste à connaitre sa pérennité: combien d¹utilidsation avant de jeter?.. pour savoir si vraiment c’est le meilleur rapport qualité prix du marché!

CREA STICK de SCOTCH…… (3M.. Minessotta Mining and Manufacturing… 3M quoi!, c’est américain)
Si vous en voyez dans votre région… testez… sur un spitfire (pour rester original!), photographiez, donnez votre avis… et « on » rajoutera le
résultat ICI!

PS: AUCUN MODE D¹EMPLOI NE PREVOIT L’UTILISATION MAQUETTISTE… Ces industriels n’ont aucune imagination….. Et avec ce qui vous reste, si
madame vous demande de bloquer le téléphone, accrocher l’emploi du temps de junior ou la photo de la belle-doche, ne vous gênez pas, ca marche aussi
très bien!

Par Pierre66

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *