Mastic et joints

Ecrire au webmaster

Toute reproduction, même partielle des textes ou photos de ce site est strictement interdite sans l'accord de l'auteur ET du webmaster.

Voilà, vous avez fermé votre cockpit, assemblé vos ailes et maintenant vous voulez attaquer la peinture. Avez vous bien vérifié vos joints, collages et autres ? N'avez-vous jamais eu la désagréable surprise de voir ces joints de collage une fois la maquette peinte ? Que faire ?
Travaillant dans mon coin, j'ai commencé par nettoyer les joints au cutter... puis à la lime car c'est plus précis, jusqu'au jour où j'ai découvert le papier de verre (bon, je connaissais depuis longtemps, mais je n'avais pas eu tout de suite l'idée d'en utiliser pour mes maquettes).

Donc, on enlève le gros (excès de colle, plastique) au cutter, on peaufine à la lime et ensuite vient le papier de verre : du 800, 1000 voire 1200. Personnellement, je ne m'en tiens qu'au 1000.

Là, déjà votre surface à un bien meilleur aspect. Par contre, vous remarquez que si vous avez correctement enlevé les aspérités, par endroit, il manque un peu de matière. Ou alors deux éléments ne jointent pas correctement... Là, pas d'autre solution que du mastic. Là, aussi, il existe plusieurs sortes de mastic : certains utiliseront du mastic spécialement prévu pour les maquettes, d'autres du mastic de carrossier, d'autres encore du plastique fondu dans du trichlo ou encore comme moi depuis peu, de la cyano liquide (merci l'ACP37 !!). En fait, n'importe quoi ou presque peut servir de mastic pourvu qu'il soit un minimum malléable et permette de boucher des trous !

Donc, un bon mastic, c'est quoi ? Cyano, mastic maquette, plastique trichlo ? Le mastic ne doit déjà pas être trop agressif avec le plastique. Ensuite, il doit bien adhérer. Enfin, il doit au séchage ne pas trop se rétracter.

Le mastic pour maquette répond à peut près à toutes ces conditions. Mais il met beaucoup de temps à sécher, et se rétractant, si vous poncer dans l'heure ou les 2 heures qui suivent, vous aurez la désagréable surprise de découvrir le lendemain que ce n'est pas encore ça ! vous devrez recommencer : donc, laissez bien sécher ! Ensuite, un coup de papier de verre et le tour est joué. N'en mettez jamais trop ! Mettez en petit à petit pour boucher le trou, inutile de déborder sur 1 centimètre de chaque coté ! Ensuite, vous poncez (après avoir bien laissé sécher !!!).

Le mastic pour voiture ou autre : là, le principe est le même, mais faites un essai sur un bout de plastique pour vérifier la réaction (genre si ça ne fond pas trop).

Le plastique dilué dans le trichlo : je n'ai personnellement pas essayé, mais ça m'emballe peu de devoir faire des mélanges avec ce genre de produit, pas par crainte d'une réaction bizarre, mais simplement pace que c'est particulièrement toxique à inhaler. Donc moins j'utilise de trichlo, moins j'en respire ! Néanmoins, les retours que j'ai eu sur cette méthode sont très positifs, le principal intérêt de la chose étant que la matière rajoutée est la même que celle dont est faite la maquette (puisque qu'il s'agit de bouts de grappes fondus). Ainsi, pour les finis métal particulièrement, qui ne souffrent pas la moindre imperfection, il n'y a pas de différence de texture entre la partie mastiquée et le plastique d'origine.

La cyano : petit tuyau donné par l'ACP37 et que j'ai testé ! A l'aide d'un cure dent, déposez dans le joint à boucher ou le bord d'attaque de l'aile de la cyano liquide. Laisser sécher 2 ou 3 minutes (juste le temps qu'elle durcisse) et ensuite, papier de verre ! L'intérêt : ne se rétracte pas du tout et peut être travaillée dans les minutes qui suivent. L'inconvénient : ne peut s'appliquer qu'aux petites surfaces et il est impossible de remettre le ponçage au lendemain. Si la cyano sèche complètement (1 heure ou plus), c'est dur comme du verre et il est impossible après de faire quoi de ce soit !

Et moi, finalement dans tout ça, comment je fais ? J'utilise le mastic standard et la cyano. Avec les 2, je suis très satisfait !

Maintenant, mes joints sont invisibles... Mais est-ce bien sûr ? Pour en être certain, passez une couche de peinture (un apprêt) aux endroits qui vous posent soucis. Sur le plastique nu, même en lumière rasante, vous ne verrez pas de défauts, mais avec une couche de peinture, s'il y en a, ils vont vite apparaître !
Qu'utiliser comme peinture d'apprêt ? Ce que vous voulez ! Moi, j'utilise un gris clair acrylique.

Petit tuyau...Vous allez tôt ou tard rencontrer le problème : si vous mastiquez et poncez un joint, des détails vont disparaître ! Là, une seule solution : délimiter la zone qui doit recevoir du mastic avec de l'adhésif : ensuite, vous n'avez plus qu'à poncer juste ce qu'il faut !


Pour ceux qui font un fini métal, ce qui à la fâcheuse tendance à faire ressortir les défauts, en plus d'un dernier passage au papier de verre, n'hésitez pas à passer en plus un coup de pâte à polir, genre Compound de Tamiya : on étale une petite quantité de pâte sur les endroits à polir, on attend une petite minute et on frotte avec un chiffon doux. C'est très efficace également pour rendre sa limpidité à une verrière rayée par un coup de ponçage malheureux.
En appliquant tout ça et avec un peu d'habitude, vous ne devriez plus avoir aucun problème avec les joints !