Beaufighter Mk. VI

Informations :

Echelle :

1/48
Marque : Tamiya
Longueur : 270 mm
Envergure : 370 mm
Nombre de pièces : 96 dont 9 transparentes
Référence : 61053
Type : plastique injecté
Lignes de structures : en creux

 

Analyse avant montage :

L'ouverture de la boite nous dévoile une bien grosse bête. On est loin du gabarit du chasseur type Spitfire. L'ensemble de la maquette est gravé en creux dans un plastique gris foncé. Le niveau de détail semble très correcte, mais je ne peux réellement juger étant donné que je n'ai aucune documentation sur le Beaufighter. Le cockpit est relativement bien détaillé, surtout qu'une fois en place on n'en distingue plus qu'une toute petite partie.
Les trains d'atterrissage semblent bien détaillés, par contre les puits de trains sont eux bien vide... Je doute que ce soit normal, mais bon, je ferais avec. Les moteurs sont correctes mais on aurait apprécié plus de détail et de profondeur, surtout qu'il resteront fort visible une fois le montage effectué.
Le fuselage, ailes et nacelles regorgent de nombreux détails finement gravés.

Montage :

Avant d'attaquer le montage, il faut impérativement choisir la décoration, car les pièces à utiliser et trous à percer seront donc différentes. Mon choix c'est porté sur la version illustrée sur la boite, un Beaufighter du 272 Sq stationné en Afrique, selon la notice. Ce choix est purement un choix esthétique (j'aime bien les camouflages avec ces couleurs qui changent un peu du gris), et nullement historique. D'ailleurs, coté historique, si certains peuvent m'en dire plus sur cet appareil, je ne demande que ça !
Donc, comme d'habitude, on commence par le cockpit, qui reçoit une couche de Raf Interior Green de la marque Model Master. Ensuite, tout les détails sont rehaussés avec un jus noir et un brossage aluminium. La planche de bord est elle peinte en noir et on applique une à une les 5 décals. Les siège reçoivent en guise de harnais les décals prévues à cet effet. Ce n'est pas un rendu parfait, mais l'illusion derrière les verrières fermées est satisfaisante. Avant de fermer, on perce tous les trous comme indiqué sur la notice.


Le fuselage se referme donc sur le cockpit sans aucun soucis. On éliminera les joints (surtout les excès de colle) avec un petit coup de papier de verre, et ce sera le seul travail nécessaire. On peu oublier le mastique.
En parallèle, on peut coller les ailes, les gouvernes et la dérive. Idem que pour le fuselage, aucun problème d'ajustage. Le découpage intelligent de Tamiya facilite grandement la tache au montage.
Ensuite, vient le moment de la peinture. J'ai utilisé pour le camouflage les teintes Modelmaster. le camouflage est de type 3 tons (merci au passage à ceux qui m'ont aidé sur ce sujet dans le forum) : Azure Blue pour l'intrados, Middlestone et Dark Earth pour l'extrados. Pour cet appareil, je n'ai pas passé de sous couche aluminium, étant donné les opérations de masquage a effectué, j'étais inquiet du résultat lorsqu'il aurait fallu enlever les masques... Quelques éraillures aluminium de ci de là, c'est bien, mais si on se retrouve avec un camouflage tout aluminium, cela aurait fait désordre. J'ai donc choisit pour les éraillures de les faire à la fin, au pinceau. J'ai commencé par peindre l'intrados en Azure Blue. Ensuite, j'ai masqué avec de l'adhésif pour les parties rectilignes et avec du maskol pour les arrondis. Après ce premier masquage, j'ai appliqué la couche la plus clair soit le Middlestone. Une fois la peinture bien sèche, j'ai de nouveau masqué (sans touché aux éléments du 1er masquage). Là, tout a été fait avec du Maskol, appliquer selon le plan fournit par Tamiya. Ensuite, j'ai appliqué le Dark Earth. Une fois le tout sec, il a fallut enlevé tous les masques. Il faut noter que le Maskol s'enlève sans aucun problème, sans endommagé la peinture du dessous. Le seul soucis,, rien de méchant je vous rassure, concerne les bords du camouflage. Le Maskol a tendance à resté collé sur la peinture. Solution toute simple, utiliser du scotch, le positionner aux endroits où le Maskol reste collé, et tirer franchement, et là, on retrouve notre peinture d'origine sans Maskol. Noter au passage la bonne initiative que j'ai pris (bravo Gilou, quel coup de pot !!)... ne pas passer de sous couche aluminium... Vous imaginez bien qu'en retirant le Maskol et le scotch de masquage j'aurai eu le bonheur de voir aussi apparaître l'aluminium sur des grosses bandes.


Le beaufighter avec l'intrados peint en Azure blue et masqué pour recevoir la couche de middlestone.

Cette fois-ci, le Middlestone a été passé, les zones à conserver de cette couleur ont été protégées par du Maskol. Le Beaufighter est près à recevoir la couche de Dark Earth.

Ensuite, le centre de tous les panneaux a été repris à l'aérographe avec la teinte d'origine un peu éclaircie, pour donner un aspect usé. Opération, longue, longue, longue, longue, longue... si si, tant que ça. Mais le rendu est excellent et ça vaut le coup d'y passer du temps !
Ensuite, couche de Klir (vernis brillant) au pinceau, et voilà notre beaufighter près à recevoir ses décals. J'étais un peu inquiet au départ étant donné qu'elles avaient été imprimées par Vitachrome, mais finalement, aucun problème.
Une fois les décals posées, on peaufine la patine, à l'aide d'un jus noir qui sera appliqué dans les lignes de structures. Un coup de vernis matt, et j'ai représenté les traces des canons à l'aide de pastel noir, ainsi que les échappements. J'ai terminé la patine par des traces d'aluminium (Humbrol 11) faites au pinceau.
Enfin, on peut mettre en place toutes les petites pièces ainsi que les trains d'atterrissage, ceux, il faut le signaler au passage, se fixent remarquablement bien ! Ensuite, les roquettes, antennes, mitralleuse, capots moteurs et hélices peuvent être mis en place (hélices peintes en noir, bouts jaune, puis patiné au pastel sec gris et traces en aluminium au pinceau).


Au final, on obtient un très beau modèle (à mon goût), au montage excellent, et niveau de détails appréciable.

Parce que ce n'est pas assez dit, merci à tous ceux qui m'ont aidé et conseillé à travers le forum, et aussi à ma Douce pour sa patience...