Bf 109 F-4 Trop

Par Pascal_Frey

Informations :

Echelle :

1/48
Marque : Hasegawa
Nombre de pièces : 85
Longueur : 185 mm
Envergure : 207 mm
Référence : JT142
Type : plastique injecté
Lignes de structures : en creux

 

Ce ME 109 n'est pas, à franchement parler, une nouveauté car la notice est datée de 1991, mais celui qui est présenté ici est une réédition qui date de 1999 avec des décals AEROMASTER.

Si les lignes extérieures et la gravure ne révèlent pas l'âge du modèle, par contre l'intérieur de cabine est un peu léger, je me suis donc inspiré de différents bouquins et du site suivant :
http://www.clubhyper.com/reference/bf109cockpit/CockpitMap.html
pour compléter l'intérieur en Scratch. La couleur dominante est le RLM 66.

Voici le cockpit du kit avec quelques améliorations :

A noter que Aires a sorti il n'y a pas très longtemps, un cockpit complet qui sera monté dans mon prochain 109 F.

Pour être totalement franc, une fois le fuselage fermé, on ne voit plus grand-chose. On veillera toutefois à respecter les couleurs en vigueur dans la Luftwaffe .
Les harnais proviennent d'une planche Edouard pré-peinte.

Montage :

Le montage ne présente pas de difficultés particulières, seuls quelques points demandent du soin et un peu de précaution.

Les deux demi-capots moteurs (pièces B 10 et A 4) doivent être soigneusement collés pour limiter le mastiquage ultérieur et le regravage dans cette zone.
A noter, pendant que l'on travaille sur le fuselage, que les mitrailleuses MG 17 de capot doivent être collées avant les capotages, celle de droite, toujours un peu en retrait, est un peu courte à mon goût. Si c'était à refaire, je couperais cette mitrailleuse pour la manchonner afin de gagner 1 ou 2 mm.
La pièce D1 qui supporte le filtre à air m'ayant semblé un peu massive, je l'ai remplacée par de l'étiré.
Les pièces D6/D7, qui sont en fait des tôles recouvrant les échappements, ont été poncées au maximum pour approcher une épaisseur réaliste.

Toujours à l'avant gauche mais au niveau du karmann, j'ai rencontré un problème d'alignement du fuselage et de l'extrado. Il subsiste un décalage en hauteur au niveau du bord d'attaque de l'aile, que j'ai adouci par ponçage sans totalement le résorber, mais qui de toute façon est peu visible (problème sur mon kit ou tous les 109 F sont comme ça ?)

Montage de l'aile pour avoir le diédre correct :

La traditionnelle durite de frein formant une boucle au niveau de l'amortisseur a été réalisée en fil métallique fin peint en rouge brun.

Pour les becs de bord d'attaque, j'ai intercallé une fine bandelette de plastique Evergreen de 0,4 mm afin de les représenter sortis.

Sur la pièce D17 qui est le support du réservoir supplémentaire, les 4 supports ont été supprimés, puis 4 trous percés, et enfin 4 morceaux d'étiré ont été collés. Le résultat fait moins empâté que la pièce d'origine.

J'ai modifié les inserts du train d'atterrissage, car je trouvais sa projection vers l'avant trop marquée. Pour fixer les jambes de train, j'ai réalisé un petit montage en balsa pour tout immobiliser pendant le séchage :

Décoration :

L'avion présenté ici est celui de l'hauptmann Werner SCHROER de la JG 27 à Martuba (Lybie) en novembre 1942.

Les couleurs principales sont le RLM 78 (H 418) et le RLM 79 (H 66) de chez Gunze.
Comme à mon habitude, les teintes ont été légèrement éclaircies. Je garde les teintes d'origine pour repasser sur les limites des différents panneaux (ce qui n'est pas très visible sur les photos).

Les bandes blanches ont été peintes en premier, puis masquées avant de passer les couleurs principales.

La délimitation entre le bleu et le sable du fuselage a été faite avec un boudin de Patafix. Je laisse la Patafix le moins longtemps possible pour éviter les traces de graisse. Le filtre à air est collé après peinture.

Les traces d'échappements et les salissures d'intrado sont faites à l'aérographe, puis un jus est infiltré dans les gravures, après le vernis brillant suivant la procédure habituelle.
Les salissures les plus fines ainsi que le sable sur les roues sont faites avec des pigments CMK.
Le vernis final est mat, de marque Gunze (dilué à l'alcool).

En résumé, une maquette sympa qui ne pose pas de problèmes réels, juste du soin pour un résultat que vaut le coup.