Loire-Nieuport LN 411

Par Romain LeBourg

Informations :

Echelle :

1/72
Marque : Azur
Longueur : 130 mm
Envergure : 205 mm
Nombre de pièces : 43
Référence : 007
Type : plastique injecté
Lignes de structures : en creux

 


Historique :

Issu du bombardier en piqué LN 40 (premier vol en juin 1938), lui même dérivé du chasseur Nieuport 140, le LN 411 avait été commandé par l'Armée de l'Air. L'appareil étant jugé trop lent, il fut refusé et les exemplaires commandés furent transférés à la Marine et équipèrent les escadrilles de bombardement en piqué AB4 et AB2 (partiellement avec le LN 401). Lancés contre les colonnes allemandes en mai 1940 ils subirent de lourdes pertes face à la Flak (DCA allemande) -dont 11 appareils, soit la moitié des appareils en service, le 19/05/40. En juin 1940, les appareils survivants, épaulés par de nouveaux exemplaires, attaquèrent avec succès la flotte Italienne à Imperia. Après l'armistice, les LN 411 et 401 furent stockés jusqu'en 1941, puis remis en service et la construction des machines inachevées fut relancée. 12 appareils furent saisis par les allemands en 1942, tandis que le reste rejoignait l'AFN avant d'être détruit par les américains au début de l'année 1943.

Analyse avant montage :

Le kit se compose de deux grappes de plastique injecté gris clair dur ; les pièces sont finement gravées en creux. Il y a un peu d'ébavurage à faire et surtout des ergots de démoulage à enlever. Une planche de photodécoupe est fournie ainsi que la verrière en plastique thermoformé. De plus, le kit permet de réaliser la version marine de l'avion, le LN 401.
N'ayant pas de plan de l'appareil sous la main, je ne peux dire si les pièces sont justes, mais il semble que les bords d'attaque des ailes soient à affiner.
La planche de décalques est superbe, mais je me demande si le bleu n'est pas un peu clair. Elle nous offre le choix de peindre ou non la dérive. Deux versions de l'AB4 sont proposées : le LN 411 n°4 et le n°12 piloté par le second maître Jamais et abattu par la FLAK le 19 mai 1940 à Berlaimont. C'est cette dernière version que je choisis car le nom du pilote est connu
Cependant l'avion étant un bombardier en piqué, il aurait été judicieux de fournir une bombe et son lance bombe.

Montage :

Je commence par monter le poste de pilotage. C'est la première fois que je vais détailler un peu celui-ci. J'ai rajouté un porte carte réalisé en mouchoir en papier, une console en polystyrène sur le plancher et un coussin en mouchoir sur le siège du pilote. Une console latérale est fournie dans le kit (pièce en injecté + photodéc.) ainsi que les harnais en photodéc. Le tableau de bord est en photodécoupe et une pièce de plastique transparent avec les instruments vient se placer derrière. Le tout est peint en gris-bleu clair (R76). Les instruments sont brossés à sec en noir mat, le cousin et le porte cartes peints en brun cuir (R380), les diverses consoles en noir mat et les harnais en beige (R79). Le collimateur (photodec) est peint en coloris fer (R91).
L'assemblage des deux demi fuselage ne pose aucun problème. Généralement, avant de les assembler je colle les stabilisateurs horizontaux, afin de contrôler leur horizontalité (celui de droite avait tendance à remonter). Je n'ai pas collé l'hélice.
Les logements des trains gagneront à être détaillés par ceux qui le souhaitent. N'ayant pas de documentation je ne l'ai pas fait et de toute façon ça ne ce serait pas vu. Il faut les assembler à l'intrados et bien les poncer avant de pouvoir refermer les deux demi ailes. Les grilles du radiateur m'ont donné du fil à retordre : je les ai finalement installées après avoir refermé les ailes. L'assemblage aile-fuselage ne pose aucun problème.
J'ai ensuite installé la roulette de queue. La notice n'est pas très claire sur ce point. Mais quelque soit l'option que vous choisissez, il faut rajouter une tige. Personnellement j'ai mis cette tige (en fil de fer de 0,8 mm de diamètre) dans l'espèce de trappe et ai collé la roue et son support au fuselage.
Ensuite vient la peinture. Le dessous est peint en gris-bleu clair (H128), le dessus en gris-bleu foncé (H145). Les taches marron (H160) et vertes (R361) doivent être floues. Comme je peins au pinceau j'ai essayé d'obtenir ce résultat en diluant un peu les peintures… ça ne fonctionne pas. Les pipes d'échappement sont peintes couleur acier poli (H27003) et les trous figurés en noir mat.
Ensuite on assemble l'antenne radio peinte en alu (R99) (elle n'était pas peinte car cela aurait empêché son fonctionnement), l'hélice, ainsi que son cône (une seule pièce), qu'il faut affiner pour qu'il s'assemble bien au fuselage. Les trains d'atterrissage principaux, montés et peints séparément, sont aussi installés. Ils sont de travers et je ne sais pas si cela est normal ou pas. Sur les maquettes au 1/48 ils semblent être bien verticaux … Enfin j'installe les mitrailleuses alaires confectionnées avec le bout des antennes radar d'un Focke Wulf FW 190A8. À ce propos, je m'étais d'abord trompé d'un facteur 10 et avait donc monté des armes de 75 mm !!! Il faut donc faire attention à prendre les bons chiffres pour ses calculs.
Les décalques sont appliqués sans problème, puis la maquette reçoit une couche de vernis mat. D'après les photos en ma possession, les avions ne sont pas écaillés ni très abîmés : cela se comprend car ils sont arrivé en unité en 1940. Je n'ai donc appliqué aucune patine. Enfin, on positionne le marchepied et une poignée (planche photodec.).
L'avion est ensuite posé sur un présentoir avec une figurine de mécano américain avec la tête d'un officier allemand et il peut rejoindre ma collection. Au passage, notez que les joints entre les dalles sont un peu trop grands pour l'échelle. Pour la longueur de cette dernière j'ai consulté mes photos.